Membre | English
68 visiteurs en ligne
20506 images
|
   

     Montréal    -  Pointe Saint-Charles    -   Édifice scolaire | école, université

École Chauveau

 


voter
4.71 / 10 - 7 votes
Nom du bâtiment

École Chauveau


Autre nom connu

École Canon O'Meara

Architectes & concepteurs
Coordonnées & adresse
1295, rue de Laprairie
Montréal
Quebec, Canada

Près de la station de métro Charlevoix

Chemin vers cet édifice

Quartier Pointe Saint-Charles
Arrondissement Sud-Ouest
Centre de l'Île

3 étages (hors-sol)

Année de construction (fin)
1902

Type de bâtiment

Édifice scolaire | école, université

Dernières mises à jours:
2016-11-20

CodeIMTL 6617



École Chauveau

Photo: Alexis Hamel 2010:09


Historique & faits
À la recherche d’une école…

Le 1295 Laprairie à la Pointe-Saint-Charles

Pour faire cette recherche, je suis parti de l’adresse existante et j’ai entrepris ma recherche avec l’annuaire Lovell numérisé disponible sur Internet1 . La dernière année disponible est celle de 1999-2000 dans la série Criss-Cross. Pour le 1295 Laprairie, on indique ce qui suit : « Decision House Inc. – Maison décisions inc. Rehabilitation Center ». Bien que ce soit un départ, c’était insuffisant, à mon avis, pour nommer correctement l’immeuble. J’ai donc poussé plus loin la recherche en reculant d’une année à l’autre jusqu’au début des inscriptions pour cette bâtisse. Après avoir complété ce relevé à rebours, j’ai décidé de décrire les changements de vocation de cet immeuble au fil des années à partir de ses débuts ce qui en rendait la lecture plus intéressante.

Tout d’abord, mentionnons que la rue Laprairie n’a porté ce nom qu’à partir de 1891-1892 ; auparavant, elle portait le nom de St-Andrews, et ce, depuis 1870-1871. La rue s’étend de Grand Trunk à Saint-Patrick ; l’index des rues n’attribue encore aucune adresse aux occupants de cette rue. Cette première dénomination reflétait deux aspects du quartier : il était majoritairement ou à tout le moins grandement anglophone et il était d’allégeance catholique romaine puisque l’église Saint-Gabriel était catholique anglaise. C’est Father John J. Salmon qui en est le curé et il le sera jusqu’en 1886. Cependant, il faut remonter à l’année 1874-1875 du Lovell pour voir la première inscription de l’église Saint-Gabriel, rue Saint-Andrew, coin Centre ; le Père Salmon est déjà son curé et un nommé J. Walsh est sacristain. Une source d’information2 nous apprend que dès 1870, il y avait déjà une chapelle à cet endroit et le 1er mai de cette année, on y a célébré une première messe. La paroisse quant à elle fut créée en 1875. L’index alphabétique de l’annuaire Lovell pour 1874-1875 nous apprend aussi qu’au même endroit, il y avait la « Saint-Gabriel Church School » d’allégeance catholique romaine, dirigée par « Miss Mary Ellen Keegan, principal » ; on peut supposer que c’était une école pour les filles, mais il est possible qu’elle ait également été ouverte aux garçons puisque c’était une « church school », c’est-à-dire une école paroissiale. L’année suivante, mêmes inscriptions. En 1876-1877, plus de mention de l’école paroissiale et le nombre de prêtres desservant la paroisse Saint-Gabriel augmente. En 1878-1879, dans l’index alphabétique de l’annuaire on trouve cette mention : « St Gabriel school, - Barrie and – Gillespie, teachers, boys’ department ; miss Sheehan, lady principal, girls’ department, Centre n St Andrew ». En 1887-1888, fait étrange : ni la rue Saint-Andrew, ni la rue Laprairie n’apparaissent à l’annuaire ; toutefois, l’inscription de l’église Saint-Gabriel est présente avec un nouveau curé, le révérend T.A. McCarthy et un vicaire, le révérend J.Gadoury. En 1888-1889, la rue Saint-Andrew revient parmi les rues de la ville et on retrouve sur celle-ci l’inscription de la « Saint-Gabriel academy, rev. Brother Andainne, 350 Centre ». Autre nouveauté : la rue Saint-Andrew comporte maintenant des adresses et celle de l’église Saint-Gabriel porte le numéro 74 alors qu’on retrouve la « Saint-Gabriel School » avec « Brother Andaine, director » au 88 de la même rue. L’année suivante, cette institution n’est plus mentionnée. L’année 1890-1891 est la dernière de la dénomination « Saint-Andrews » ; l’année suivante, cette rue portera le nom de Laprairie, un nom bien francophone. Signe que le quartier se francise ? Peut-être. Seules les délibérations du conseil de ville pourraient nous apprendre les raisons de ce changement.

En 1891-1892, c’est William O’Meara qui est « parish priest » de Saint-Gabriel au 74 Laprairie. Le sacristain Patrick Mooney demeure au 68 de la même rue. En 1895-1896, le 74 Laprairie change de vocation puisqu’on y retrouve le « Saint-Gabriel’s Hall », sans doute une salle rattachée à l’église. Cette dernière est maintenant inscrite au 278 Centre tandis que et l’église Saint-Charles, voisine, est au 271et le presbytère de celle-ci se trouve au 267. En 1896-1897, aucune mention d’école ou autre reliée sur la rue Laprairie. En 1902-1903, une nouvelle inscription au 134 Laprairie, adresse qui était vacante depuis 1897-1898 : c’est la Chauveau School, dirigée par le frère Sylvien, sans doute un frère du Sacré-Cœur puisqu’ils en ont été les fondateurs3 . Une chose est étrange dans cette inscription : le chiffre pair indique que l’immeuble se trouve soit du côté nord, soit du côté ouest de la rue. Dans ce cas-ci, il faut que ce soit du côté ouest compte tenu de l’orientation de la rue Laprairie. Donc, la bâtisse ne se trouve pas du même côté que l’église et derrière comme on pourrait s’y attendre ce qui semble peu probable. Voyons comment évoluera cette situation.

En 1903-1904, l’école Chauveau se trouve toujours au 134 Laprairie. En 1904-1905, aucun changement. Même chose pour 1905-1906, 1906-1907. En 1907-1908, l'école Chauveau change de directeur; c'est le frère Macarius qui s’en voit confier la responsabilité (ceci est confirmé par l'index des rues de l'annuaire Lovell de cette année-là). L'année suivante, c'est le frère Julius qui prend les commandes. En 1909-1910, même directeur, mais on ajoute un nommé Pierre Prud'homme, "caretaker", une sorte de concierge. En 1911-1912, l'adresse change pour le 135 au lieu du 134, donc de l’autre côté de la rue puisqu’elle est devenue impaire; de plus, on ignore les raisons de ce changement puisqu’il n’y a pas de renumérotation cette année-là; on ne mentionne plus que le nom de l'école sans autres précisions. Il faut croire qu’en réalité durant toutes ces années depuis la fondation de l’école, son emplacement a peu de chance d’avoir changé d’emplacement; les changements d’adresse sont peut-être dus à une fantaisie du recenseur? L'année qui suit, 1912-1913, l'adresse de l’école change encore pour devenir le 133 Laprairie ce qui est plus acceptable étant donné que l’adresse est du même côté de la rue que le 135, la porte voisine peut-être; c'est également l'année de la première inscription des "Brothers of Presentation" au 131 de la même rue, donc tout près de l’école; ces frères au nombre de quatre furent ramenés d’Irlande vers 1910 par le pasteur catholique de l’église Saint-Gabriel, William Canon O’Meara. En 1913-1914, on retouve au 131 rue Laprairie, le nom de "Angelus rev. Bro.", sans nul doute l'un des quatre Frères de la Présentation. En 1915-1916, le 131 devient vacant ou son locataire était absent au moment du relevé; l'école Chauveau est toujours au 133. L'année qui suit, le 131 retrouve son locataire, les frères de la Présentation. Il faut attendre l'année 1922-1923 pour constater un changement: l'école Chauveau est maintenant rendue au 131 Laprairie et il n'y a plus de mention des frères de la Présentation; peut-être ceux-ci ont-ils intégré les locaux de l’école Chauveau compte tenu de leur petit nombre. En 1923-1924, on indique "Whelan, J. W. rev." au 131 et l'école Chauveau est retournée au 133! En 1924-1925, c'est "Moynihan, P. A. (rev.)" qu'on trouve au 131 alors que l'école Chauveau demeure au 133. Le prochain changement survient en 1928-1929 alors que le locataire du 131 Laprairie devient "Rodgers, J.F. (rev.)", sans aucun doute un frère de la Présentation. En 1930-1931, un changement d'importance: dans l'index des rues, on retrouve à la fin une section "Errata" où il est indiqué que cette année-là, on a procédé à une renumérotation de certaines rues dont celle de Laprairie4 . Au 1295 Laprairie qui est la présente adresse de la bâtisse sous recherche, on trouve un nommé Murray, sans autre précision. Par contre, au 1307, il y a l’inscription de la « Chauveau School ». Pourquoi l’école porte-t-elle ce numéro différent du numéro actuel? Une autre question demeurée sans réponse.

L’année qui suit (1931-1932), au 1295 Laprairie, on trouve l’inscription des « Brothers of Presentation » alors que le 1307 indique toujours la « Chauveau School ». Il est étrange que l’inscription de l’école soit toujours sous ce nom puisque selon un article déjà cité portant sur la « Canon O’Meara Boys School », c’est ce dernier nom qui aurait remplacé celui de « Chauveau School » après la mort du pasteur O’Meara en 19195 . En 1932-1933, aucun changement; toutefois, à l’index alphabétique, on précise que la « Chauveau School » est maintenant dirigée par Thomas C. Kelly ce qui démontre bien la mainmise des « Brothers of Presentation » anglophone sur cette école portant toujours un nom français. Il faut attendre l’année 1937-1938, soit près de vingt ans après la mort du pasteur O’Meara, avant de constater un changement notable, soit celui du nom de l’école; à partir de cette année, le nom de cette maison d’enseignement sera « Canon O’Meara Academy , brother Columba, supérior ». L’école est toujours au 1307 Laprairie alors que les Brothers of Presentation demeurent au 1295 de la même rue.

Il faut par la suite attendre l’année 1952 avant de noter un changement important : cette année-là, au 1295 Laprairie, ce ne sont plus les Brothers of Presentation qui habite le logis, mais bien le « Halls-Loisirs Saint-Gabriel ». L’école pour sa part est toujours à la même adresse au 1307. Rien ne change par la suite avant 1956, année où le 1295 change une fois de plus de vocation; il devient le « Saint-John Berchmans Boys Home ». Par la suite, aucune modification avant 1960; cette année-là, on ne fait qu’ajouter un nom au 1295 Laprairie à celui de « Saint-John Berchmans Boys Home » : un nommé « Greenwood Ger. j (sans doute pour junior) », sans autre précision. Peut-être était-ce le directeur ou le responsable de la maison? L’année suivante, aucune inscription pour le 1295. L’absence d’inscription pour cette adresse se poursuit étrangement jusqu’en 1968-1969 où seul le nom de l’école au 1307 Laprairie est francisé pour devenir École Canon O’Meara; toujours aucune inscription au 1295 de cette rue. En 1969-1970, plus aucune inscription ni au 1295, ni au 1307; l’école semble s’être volatilisée ou elle a plus vraisemblablement fermé ses portes.

En 1970-1971, on retrouve au 1307 Laprairie, la Commission des écoles catholiques de Montréal (école Sarsfield) dont l’article sur la Canon O’Meara School citée plus haut parle également. Il est étrange qu’on parle de cette école sur la rue Laprairie puisqu’elle aurait été fondée en 1910 sur la rue Centre. Le 1295 n’est toujours pas mentionné. En 1971-1972, changement notable : le 1295 revient dans l’annuaire à l’index des rues. Les occupants sont : le Catholic Family & Children services (Pointe-St-Charles office); Fairshare Inc.; Right-Way (drug referral services); Services to neighbourhoods (youth division of Federation of Catholic Commission Services (Pointe St-Charles rep). Pourquoi toutes ces années d’absence? La seule explication plausible serait que l’immeuble était inoccupé durant toutes ces années qui ont suivi sa vocation de « Saint-John Berchmans Boys Home ». L’année suivante, une seule modification : on a ajouté « (annexe) » après la mention de l’école Sarsfield au 1307 Laprairie.

En 1973-1974, les occupants du 1295 Laprairie sont : le Catholic Family & Children Services, Fairshare Inc. et Spera Montreal (drug referral services). En 1974-1975, quatre occupants : Fairshare Inc., Parti libéral du Québec section Sainte-Anne, Return to normal life et George Springate, député libéral. En 1976, une particularité : aucune inscription au 1295 Laprairie, mais au 1307 de cette rue, on retrouve les services suivants : Catholic Family & Children Services division of Ville-Marie Social Services, centre Pointe-Saint-Charles; Fairshare Inc.; Return to normal life; Services de main-d’œuvre de 15 à 22 L. du sud-ouest de Montréal; George Springate (député). Je ne suis pas à même d’expliquer ce changement puisqu’il ne semble pas y avoir eu de renumérotation de cette rue cette année-là. En 1977, il n’y a qu’un locataire au 1295 Laprairie; il s’agit de Leos Boys Senior Citizens. Pour l’année 1978-1979, on a deux inscriptions à cette adresse : CrossRoad services for senior citizens et Leos Boys Senior Citizens, tout ça semblant relever du même organisme. En 1980, on note que les occupants de l’immeuble sont Fairshare Inc., Crossroad House pour laquelle on précise qu’il s’agit de « services for senior citizens) et Boys, Leo. En 1981 et 1983, aucune parution de l’annuaire. En 1984, la propriété a de nombreux occupants : Cross Roads House, Fairshare Inc. Employment agency, Return to normal life, Seniors Coop et Boys, Leo.

En 1985-1986, le 1295 Laprairie inclut les locataires suivants : Leo’s Boys Cross Roads House, M.C. Industrial Pressure Washing Inc., Cross Roads House, Fairshare Inc. Employment agency et Boys, Leo. Comme on peut le constater, la vocation de cet édifice a été multiple au cours des années. En 1987-1988, seuls l’agence de placement et Leo Boys sont à cette adresse ; pas encore de mention de la Decision House Inc. L’année précédente, on retrouve à cette adresse « Maison Saint-Léonard House » en plus de l’agence de placement et de Leo Boys. En 1989-1990, au 1295 Laprairie, on trouve quatre occupants qui semblent à tout le moins reliés de par leur vocation : Maison Decisions Inc., Fairshare Inc., Leos Boys Decision House (rehabilitation center) et Boys Leo.

En 1990-1991, deux occupants identifiés pour le 1295 Laprairie : Maison Decisions Inc. et Boys Leos. Entre 1992 et 1995, aucun changement. En 1995, s’ajoute un occupant à cette adresse : Leo’s Boys Decision House (rehabilitation center). On comprend toutefois que tout ça semble relié étroitement. Pas de modification avant 1998-1999. En 1998-1999, il y avait une précision supplémentaire : « Leo’s Boys Decision House Inc. ». En 1999-2000, dernière année de l’annuaire Lovell en ligne, il n’y a aucun changement dans les inscriptions. J’ignore si depuis l’année 2000, d’autres usages ont eu cours à cet endroit, mais l’aspect placardé de la façade me laisse un doute profond.

*******************

Si on se fie à toutes les informations qui précèdent, il est assez difficile de déterminer en fin de compte à quelle adresse exacte se trouvaient l’école Chauveau puis la Canon O’Meara Boys School qui lui a succédé. L’Importance et la configuration de la bâtisse sise aujourd’hui au 1295 Laprairie militent en faveur d’une vocation scolaire au cours du siècle qui a précédé. De plus, sa fondation en pierres de taille grises indique bien une construction qui remonte à tout le moins au début du 20e siècle. Pourquoi donc a-t-elle changé si souvent d’adresse ? Difficile à dire. Chose certaine, peu importe le numéro d’immeuble qu’on lui a attribué, la seule vue de cette construction indique bien que durant une certaine période, ce fut une école.

Voilà donc l’évolution relative à l’occupation de la bâtisse sise au 1295 Laprairie. Malgré ses nombreux changements d’occupants au fil des ans, on peut considérer que le nom qu’on devrait attribuer à la bâtisse qui n’est présentement pas identifiée, devrait être l’École Chauveau si on désire accorder la paternité aux Frères du Sacré-Cœur qui on fondé cette première école ou la Canon O’Meara Academy ou la Canon O’Meara Boys School nom qui, à mon avis, devrait être retenu malgré son caractère anglophone compte tenu de l’histoire du bâtiment et de ses occupants. Ce nom devrait figurer au bas de chaque image illustrant cette école sur le site web d’Images Montréal.

Dommage que cette bâtisse soit maintenant abandonnée après une telle histoire. Peut-être un mécène pourra-t-il lui trouver une dernière vocation ?

Michel Émond ©
Salaberry-de-Valleyfield, Québec
J6T 2E2

Notes

1 Voir le site de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, dans la section des ouvrages numérisés, annuaires municipaux, vous découvrirez l'annuaire Lovell: la première inscription d’une institution d’enseignement rue Laprairie est sous l'année 1902-1903, au 134 Laprairie à cette époque.
2 Voir site web : http://www.saintgabrielsparish.com/history.html.
3 Voir site web : http://www.acracan.org/Canon%20O'%20Meara.htm.
4 Voir page 614 de l’annuaire.
5 Voir site web : http://www.saintgabrielsparish.com/history.html.


Édifice scolaire | école, université suivante »  


   Architecture - écoles et universités

  Bâtiments construits la même année (1902)

 Le City Data Lab - Statistiques & indicateurs urbains

Rosemont-Petite-Patrie ° Le Plateau ° Outremont  ° Saint-Laurent  ° Hochelaga-Maisonneuve ° Mile End ° NDG

Montréal | Repères historiques : ce qui s'est passé la même année (1902)
   Voir la section «Histoire de Montréal»
  • Élection de James Cochrane à la mairie de Montréal
  Faits à propos de Montréal Source ville.montreal.qc.ca    Plus de chiffres sur Montréal
  • 19 ponts ceinturent la ville de Montréal
  • Il y a 883 km de chemins de fer à Montréal
  • Le métro de Montréal compte 68 stations
  Statistique et classement de cette page
11094 hits sur cette page

Indice de popularité: 1877 / 2977

Changement de position : - 78 ( -2.7 %)

Imtl.org n'a aucun lien avec les propriétaires de cet immeuble

* La plupart de nos images peuvent être achetées en format 5000 * 3500 pixels (haute résolution), Renseignez-vous

Toutes les images contenues sur ce site web sont protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction totale ou partielle de cette page sans le consentement de son auteur est prohibée.

Image Montréal: Photos de Montréal ( MTL Province Québec QC Canada ),Photographie, Bâtiments Historiques, Patrimoine, Urbanisme, Architecture et Gratte-ciel

|